Autoportrait  Gilbert Scotti
Portraits de compagnons d'Emmaüs
Les compagnons sont issus de diverses classes sociales. Marginalisés suite à un accident de la vie, ou exclus, ils redeviennent acteurs de leur propre vie et retrouvent dignité et espoir à travers ces objets auxquels ils redonnent une nouvelle chance dans cette chaine d’économie solidaire qu'est Emmaüs. Toujours attiré par le portrait humaniste, je souhaitais rencontrer ces femmes et ces hommes aux parcours difficiles, parfois chaotiques.  J'ai débuté cette série en juillet 2011  dans la communauté Emmaüs d'Arles .

J'ai pu partager leur quotidien et échanger sur leur vie, réalisant leurs portraits dans un moment de partage intense. Je les remercie de m'avoir accueilli et fait partager leur quotidien, sans oublier les responsables de chaque communauté qui ont soutenu ce projet qui représente pour moi une expérience humaine d'une grande richesse.

Mes portraits sont toujours le fruit d'une rencontre.
Dans un rituel de complicité et simplicité, à fleur de regard, j'essaye de trouver la bonne distance pour saisir chez mes contemporains, quand la magie opère, leur murmure intérieur, leur tempo.


Sans-abris
Je réalise mes photos de sans-abri au fil de mes déambulations dans différentes villes de France et d'ailleurs.

Je photographie ces femmes et ces hommes avec le regard d'un passant, d'assez près,  en échangeant un regard, une parole, une discussion, comme un passant compatissant, interpellé, indigné, impuissant, qui s'interroge sur cette misère grandissante dans cette société qui réduit au rang de déchet social une population fragilisée et marginalisée pour qui l'errance, la transparence et le désespoir sont le loyer de leurs vies !

Je crains parfois de participer à cette société de constat où nous avons beaucoup de moyens d'être informés, nous constatons, nous constatons, mais nous sommes complètement désactivés par la force de cette machine infernale, cette bombe de destruction massive qu'est la finance maligne.

De nos jours, plus que jamais, beaucoup d'entre nous vivons dans  le confort et le bien-être, un état précaire qui peut ne présager rien de bon.

Avec ces images, et sans illusion sur leur portée, je souhaite être plus dans le sensible que le sensationnel pour mettre en lumière ces femmes et ces hommes que notre regard ne suffira pas à sortir de cette misère sans une volonté politique et de prospective.


                                                                   Gilbert Scotti
© 2011, Tous droits de reproduction et de diffusion réservés à Gilbert SCOTTI - Droits d'usage strictement personnel